Anxiété

Ma vie entière est une compétition

Untitled design (37)

Je déteste la compétition ! Alors pourquoi il y en a toujours eu dans ma vie ?

La confiance en soi est la base de la réussite non ? Je ne l’ai jamais eue (je sais, ce n’est vraiment pas une révélation que je te fais hein ?). Par contre, si tu ne me connais pas profondément, tu penserais tout le contraire. Je la dégage cette attitude, je marche la tête haute et j’ai un sens de l’humour à tout casser. J’agis de manière à atteindre cette confiance ou du moins d’essayer d’y croire. Et en plus, j’haïs la compétition! (si tu as un certaine âge, dis le mot haïs avec l’intonation de Dominique Michel, C’est beaucoup plus drôle!)

Je n’ai jamais estimé mon droit de réussite.

Je n’ai jamais considéré n’ont plus que ce que j’aimais réellement pouvait m’arriver. Les autres étaient toujours plus belles, plus fines, plus intelligentes, plus audacieuses que moi. Tout ça se passait dans ma tête bien évidemment. J’en ai perdu de l’énergie à me demander ce que je pouvais bien faire pour ressortir du lot. Je me sentais… invisible. Et plus j’avais ce sentiment, plus l’urgence qu’on me voit était actuelle.

Je parle franchement… beaucoup trop ! J’ai toujours la tête pleine d’idées et mon besoin de les verbaliser est omniprésent. Au début d’un nouveau projet, l’espoir est là (ben la confiance… pas tant que ça, mais j’y crois), mais plus l’angoisse s’en mêle, plus je ralentis la cadence… jusqu’à tout laisser tomber. Si j’échoue ? Serais-je celle qui n’avait que des rêves, mais pas le talent nécessaire pour y parvenir ?

Les si sont le propre de l’anxiété.

Ce qui m’a toujours clouée au sol avec la peur au ventre c’est les matadine de si. L’anxiété a fait de moi son esclave. La voix de l’angoisse est trop forte dans mes oreilles ce qui fait que je n’entends plus les encouragements. Par contre, lorsque je crois en quelque chose, j’en parle avec passion. Je peux être TRÈS convaincante. Demandez à mon méri ! J’aurais pu être une excellente avocate by the way ! Mais tout ça se gâche au moment d’agir. Comme si tout le spotlight que j’ai tant voulu me terrorise, me paralyse. Ce qui fait que du coup, je ne me donne plus le droit au succès.

J’ai trop souvent tracé la voie pour les autres.

J’ai à cœur la réussite de mes proches. Cela me rend fière et foncièrement heureuse. Mais dans plusieurs cas, j’aurais pu être à leurs souliers. J’aurais dû être cette réussite ! Pourquoi ? Parce que j’ai trop souvent laissé ma place par crainte. Alors j’ai poussé les autres vers leurs propres succès. J’ai à maintes reprises tracé la voie aux gens de mon entourage, car je croyais plus en eux qu’en moi. Pathétique hein ?

Par la suite s’installe une compétition mentale avec moi-même.

Bien c’est ça, c’est sûr, ils sont bien meilleurs que moi. J’ai bien fait de laisser tomber ! Je ne leur arrive pas à la cheville ! Etc. En bonus, toutes ces belles pensées sont accompagnées d’une boule dans mon estomac. Charmant tu me diras. Mais pourquoi donc, je m’impose tout ça ? Mais en réalité, s’ils suivent mes traces… c’est que je dois inspirer non?

Aujourd’hui, j’ai 37 ans et je suis encore aussi anxieuse.

Par contre, j’essaie de me dire que ce n’est pas parce que les autres réussissent ce que j’aurais voulu que ça fait de moi un échec. Je dois mettre l’accent sur mes réussites. La confiance en soi se construit 1 succès à la fois. En ce 20 juin 2017, je vous fais le serment que je travaillerais fort sur moi. Je prends l’engagement avec moi-même de croire en mon talent et de foncer. Je veux vivre enfin ma vie.

Pour tous ceux qui manquent aussi de confiance en soi, Alex te propose un livre génial !

Imparfaits, libres et heureux

De rien !

Courage

Alexandra

 

 

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!

1 Comment

  • Ce n’est pas facile de vivre avec de l’anxiété, je sais de quoi tu parles! J’en vis moi aussi… et je travaille très fort sur moi! Ça s’améliore, encourage – toi! Tu as ton propre potentiel, à toi de le découvrir! Bonne chance ?

Leave a Comment