Anxiété

Une autre réalité que la mienne

Untitled design (33)

Je suis une folle… de la télé ! J’ai étudié dans ce domaine et j’en mange ! (svp, dis-moi que tu as compris que je ne mange pas ma télé hein ?) Et depuis que je possède Netflix, c’est pire ! C’est un monde infini de possibilités ! Je peux vivre tous les jours une autre réalité que la mienne.

Cet amour vient de mon enfance

Les gens de ma génération ont tous été gagas devant Passe-Partout. Tous les matins et tous les soirs, mes personnages préférés me demandaient comment j’allais. Ils me parlaient de mes émotions et m’apprenaient une quantité de choses utiles. Sincèrement, ce fut presque qu’une deuxième famille pour moi. Ils me parlaient plus que mon propre père ! Faut le faire non ? Assez jeune, j’ai compris l’importance que le petit écran aurait dans ma vie.

La télévision, ça rassemble.

Mon père était un fanatique de TV, j’ai appris très jeune à aimer ce média, car c’était ma seule façon de passer un peu de temps à ses côtés. En 1992, l’émission qui nous réunissait devant l’écran était « Taquinons la planète ». Un programme humoristique (comme disait le canal 10) réunissant les fameux bleus poudre. Un beau 30 minutes d’autodérision sur l’actualité. J’en ai appris des choses et j’en ai ri un coup. Pendant ce temps, mon père était heureux.

Le bonheur, je l’ai connu un samedi soir.

Un samedi soir, en 1993, ma mère invite sa cousine que j’adore, son mari et leur fille. Je ne savais pas à ce moment-là que j’allais vivre un coup de foudre. Et pourtant… À 19 h 30, le générique de « La Petite Vie » débute… Bam ! Ma vie venait de changer. J’ai appris ce que c’était le vrai bonheur. Et depuis 24 ans, le bonheur est toujours là. À cette époque, j’ai commencé à aimer l’humour et à m’en servir. Et aujourd’hui, les frissons sont encore là quand je remets un des épisodes de mon émission fétiche (oui, je l’écoute encore au moins une fois par semaine. Tu peux me juger, ça me coule sur le dos comme la pluie sur un sac de vidanges bref…) Quand, je suis en crise d’angoisse, écouter Claude Meunier c’est l’équivalent de manger un Mac & Cheese… c’est réconfortant.

L’instant d’un moment, je suis dans la réalité de quelqu’un d’autre.

As-tu déjà écouté une série en rafale lorsqu’il pleut ? Moi c’est mon activité favorite ! Plus je pèse sur le piton Next épisode, plus j’embarque dans une autre réalité. Je ne fais qu’un avec mon téléviseur et mon fauteuil. Je ne vois plus le temps passé et je ne ressens plus l’angoisse dans ma poitrine. Pourquoi, je serais angoissée lorsque je suis dans la peau d’une chanteuse country dans « Nashville » ou dans celle d’une adolescente dans « pretty little Liars » ? Pour un instant, je peux enfin respirer. Je peux m’évader dans une autre réalité. Une qui n’est pas mieux, mais qui ne m’appartient pas. Ça me fait un bien fou.

Chacun sa façon de se guérir.

Depuis que j’ai remarqué les bienfaits de la télé sur mes crises d’angoisse, je l’utilise à son maximum. Comme je m’intéresse à tous les genres de séries, je sais que je ne risque pas d’arriver au bout avant longtemps ! Entendre parler me calme. Me fait penser à autre chose. J’arrête de focuser sur mon nombril et sur mes peurs pour l’instant d’un moment. Un jour qui sait, peut-être que je réaliserai un autre rêve… celui d’écrire des histoires… parfois drôles, parfois touchantes, mais des histoires qui seront miennes.

De rien

Alexandra

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment