confinement

la fille et son bonheur

Confinement, je t’aime

love

Confinement que je t'aime Je réalise après plus d’un mois de confinement que le mur que j’ai frappé le 13 mars 2020 était nécessaire à ma survie. Je ne pouvais sincèrement plus vivre de cette manière. La boule dans mon ventre était tellement omniprésente que finalement, elle faisait partie intégrante de mon être. La vie, en quelque sorte, c’est assurée que je reçoive le message et que je me « débranche ». Au début. Comme je t’ai déjà raconté, la première semaine, je l’ai trouvé dure pas à peu près! Je pleurais minimum 2-3 fois par jour. Je vivais dans la peur...