collaborateurs

Qu’est-ce que tes proches pensent de la santé mentale ?

photo-1529180979161-06b8b6d6f2be

Qu’est-ce que tes proches pensent de la santé mentale ?

La semaine de la santé mentale, ce n’est qu’une semaine

La semaine de la santé mentale sera celle où on sensibilise les gens à la cause de la santé mentale. J’ai envie de vous dire que c’est tellement vrai que c’est important d’y être sensible. C’est important de ne pas juger, de faire preuve d’ouverture, de compassion, de patience. C’est important de garder en tête que ces gens n’ont pas de pouvoir sur leur maladie.

Diriez-vous vous à votre enfant qui souffre d’une solide gastro d’arrêter de vomir ?

C’est la même chose avec la santé mentale.

Pis les proches vivent comment avec la santé mentale ?

Et pour les proches ? Est-ce que ça fait de nous des pros ? Non ! A-t-on toujours la capacité de se dire que c’est une maladie ? Non. Ce qu’on ne dit pas trop fort, c’est que contrairement à une maladie physique, les « symptômes » des maladies invisibles font mal à l’entourage. L’anxiété qu’on ressent face à notre proche, la peine de le voir se battre contre un adversaire plus fort que lui, qui a toujours l’avantage… qui gagne toujours ! La honte ressentie quand d’autres jugent et trouvent notre proche bizarre, exigent, intense. La douleur vive quand la maladie parle à la place de notre proche, nous blesse, nous insulte, nous rejette, nous manipule.

Parfois la maladie est tellement méchante, sournoise.

D’autres fois, la maladie meurtrit les enfants d’une mère qui, au fond d’elle-même, les aime profondément. Ben oui, la maladie fait ça, elle ne se contente pas seulement de détruire la personne, elle anéantit tout sur son passage !

En plus, il faut bien comprendre, se mettre à leur place, encaisser pour ne pas que la personne se sente abandonnée ! Parce que « ça ne se fait tellement pas de laisser une personne malade » ! Alors, on a mal et on se la ferme parce que « ça ne se fait pas… »

En cette semaine de la santé mentale

Cette semaine c’est une seule semaine. Il en reste 51 autres !

Aujourd’hui, j’ai envie de vous demander d’être ouverts et compréhensifs face aux autres ! Ceux qui subissent les dommages collatéraux en baissant la tête, en espérant que le prochain coup dure font moins mal ! Ce qui n’arrive jamais ! Ça fait de plus en plus mal et les dégâts sont de plus en plus importants. On s’affaiblit sous le poids de la douleur. Des fois derrière nos rires et notre masque de joie quotidienne, il y a un grand brûlé émotionnel !

Regardez-le ! Dites-lui qu’il est beau et que votre amitié ou votre amour pour lui ne changera pas ! Juste ça ! Parce qu’on ne le leur dit pas tant, vous savez ?

Ça effraie la maladie mentale !

Ça crée une onde de choc qui fait un vide autour des familles, en même temps qu’elle fragilise leur équilibre.

Y’a que votre compréhension, votre ouverture et votre non-jugement qui peuvent dissiper les effets de cette bombe nucléaire.

Aujourd’hui et chaque jour, pas juste une semaine par année, je vous demande de marcher contre le vent, pour venir nous donner la main, pour qu’on arrive à rester debout dans la tempête !

Si tu es un proche, n’hésite pas à demander de l’aide. Tu mérites de prendre soin de toi !

Dominique Careau

Tu aimes mes collaborateurs? Moi aussi ! Voici un autre texte aussi fantastique ici

 

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment