peur, échec, anxiété, enfant

Peur de l’échec à 7 ans

Bonjour les parents !

Vous connaissez surement un enfant qui a des attentes très élevées envers lui-même. Si ce n’est pas votre propre enfant, vous avez possiblement observé que c’était le cas pour son ami ou son collègue de classe, pour votre neveu, votre nièce ou votre voisin.

Dès leur entrée scolaire, les enfants sont évalués pour TOUT. On observe et on quantifie au bulletin leurs habiletés sociales, leur compréhension, leur écoute, leur capacité d’attention et leur rythme d’apprentissage. Tout y passe !

L’autre jour, un enfant que je suis dans le cadre de mon travail m’a avoué qu’il était déçu d’avoir « juste eu 75% » dans son examen de résolution de problèmes en mathématiques, alors qu’il a un trouble de l’attention et un diagnostic de dyslexie. On s’entend pour dire que 75% c’est une belle note pour n’importe quel enfant, avec ou sans diagnostic ?

Il y a clairement un « problème » avec nos jeunes !

L’anxiété de performance ça vous dit quelque chose ? Environ 10% des enfants en souffrent (Source: Enfants Québec, mai-juin 2015) et 6% d’entre eux ont besoin d’un suivi pour diminuer leur anxiété. Mais d’où proviennent cette anxiété et  cette obsession pour la réussite ?

Tellement de sources peuvent expliquer l’anxiété de performance. Il s’agit parfois des attentes trop élevées des parents, quelques fois c’est la génétique et le tempérament de l’enfant sont en cause, alors que dans certains des cas, c’est la crainte de l’échec ou le besoin de perfection qui sont à blâmer.

Quelques comportements qu’on peut observer :

  • Passer un temps fou à étudier ;
  • Somatisation, symptômes physiques réels (irritabilité, maux de ventre, maux de cœur et/ou maux de tête, agressivité, hyperventilation, pleurs, cauchemars et/ou insomnie, etc.) ;
  • Refus de faire le travail demandé par peur d’échouer, évitement ;
  • Anxiété excessive avant un examen ou une prise de décision ;
  • Crainte de ne pas satisfaire les exigences, peur de décevoir ;
  • Vouloir reproduire la démarche exacte qui lui a été enseignée ;
  • Déception et dévalorisation devant une note scolaire dans la moyenne (70% et plus) ;
  • Pensées négatives ;
  • Etc…

« L’enfant qui souffre d’anxiété de performance redoute toutes les formes d’évaluation et les situations dans lesquelles il pourrait échouer, ou se sentir jugé ou critiqué. Le problème, c’est que l’enfant est persuadé que le fait de réussir ou de rater une tâche donnée pourrait affecter sa valeur en tant qu’individu […] » (Danielle Noreau, orthophoniste)

 

Pour calmer la tension ressentie par les enfants perfectionnistes, il est important de les rassurer en diminuant les attentes ou en les adressant autrement puisque la « montagne » parait souvent plus grosse qu’elle ne l’est en réalité pour un enfant anxieux. Pour les aider, on peut diviser les tâches en plus petites séquences. Également, comme adultes, nous devons apprendre à attribuer moins d’importance à certaines choses pour éviter de mettre de la pression sur les enfants et cesser de les comparer entre eux. Et surtout, accompagnez-les à développer leur estime en identifiant leurs forces.

Chaque enfant a son propre rythme d’apprentissage, il faut l’accepter !

Pour avoir accès à d’autres articles et publications quotidiennes en lien avec le développement global des enfants, je vous invite à suivre la page Facebook de Fleur bleue, Soutien comportemental à domicile.

 

Myriam Saumure

Présidente et fondatrice

Fleur bleue

Facebook

Courriel 

Tél : (514) 717-4051

Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *