Dépression

Mon enfant est déprimé

Untitled design (27)

Salut les parents !

Aujourd’hui j’aborde un sujet plutôt méconnu du public : la dépression infantile.

Ouff ! Ça « fesse » en commençant !

Contrairement aux nombreuses croyances sociétales, la dépression chez les enfants existe réellement et elle est beaucoup plus répandue qu’on le pense. Si je vous demandais quel pourcentage des enfants en est atteint, sauriez-vous deviner quelle proportion d’entre eux cohabite annuellement avec le mal de vivre ?

L’an dernier, c’est 1 % des enfants québécois de moins de 12 ans qui ont vécu un épisode de dépression et 1 enfant sur 10 avait des idées suicidaires (Source : Huffington Post, février 2016) 

Au début de l’adolescence, c’est près de 17% des jeunes qui sont touchés par ce trouble de santé mentale et cette statistique augmente considérablement d’année en année (Source : Institut universitaire en santé mentale de Douglas, mai 2015).

La dépression ne fait malheureusement aucune discrimination, pas même pour épargner les enfants d’un « malaise d’adulte ».

Mais comment reconnaître la dépression chez un enfant ? Voici quelques signes à observer :

  • Tristesse constante ;
  • Sauts d’humeurs spontanées, colère plus fréquence qu’avant ;
  • Manque d’intérêt pour les activités quotidiennes et celles auxquelles il portait une attention particulière autrefois ;
  • Perte d’appétit ;
  • Problème de sommeil (dort beaucoup, sommeil agité, cauchemars, fatigue, etc.) ;
  • Difficulté de concentration marquante et soudaine ;
  • Isolement et/ou diminution de l’intérêt qu’il porte pour ses amis et sa famille ;
  • Verbalisation et/ou idéalisation autour de la mort ;
  • Comportements inhabituels

Ce n’est pas anodin d’entendre un enfant dire qu’il veut mourir (on vient d’établir que 10% des enfants sont suicidaires). Mais pourquoi ?

Les enfants qui souhaitent mettre un terme à leur vie le veulent généralement parce qu’ils vivent une grande tristesse et ressentent une impuissance totale pour changer les choses. Étant mineurs, ce sont les adultes qui prennent les décisions qui les concernent, donc l’inconfort est d’autant (sinon plus) plus grand qu’un adulte dans la même détresse psychologique.

Aussi, il est important de spécifier que les enfants ne sont pas totalement conscients de l’irréversibilité du suicide parce qu’on leur parle souvent de la mort (tout dépendamment des croyances) comme n’étant pas une finalité douloureuse, mais plutôt le contraire.

« Grand-maman est décédée, mais elle est bien où elle est. Elle est devenue une étoile pour veiller sur nous. Elle est partie rejoindre grand-papa et Bella (le chat de la famille). Si tu lui parles ou si tu penses à très très fort à elle, elle va t’entendre. »

Comment peut-on faire comprendre à un enfant que son geste est définitif alors qu’on leur explique que la mort c’est la fin de nos souffrances et le début d’une nouvelle vie ?

Dans mon travail, j’ai souvent été confrontée à des enfants qui voulaient mourir pour avoir une nouvelle vie, meilleure. Tout simplement. Il ne faut pas chercher plus loin pour comprendre.

Si vous croyez que votre enfant est déprimé, questionnez-le :

Tu sembles malheureux, souhaites-tu en parler ?

Si tu avais un pouvoir magique, qu’est-ce que tu voudrais changer pour être plus heureux ?

Sais-tu ce que c’est la mort ?

Qu’est-ce que tu crois que ça va changer si tu meurs ? Crois-tu que tes parents seraient tristes ?

En posant toutes ces questions, vous allez prendre conscience assez rapidement (généralement) que leur discours est fantaisiste, mais vous aurez une bonne idée de leurs pensées.

Si vos inquiétudes sont fondées avec des réponses très claires à vos questions, contactez rapidement un professionnel qui sera en mesure d’offrir un soutien psychologique à votre enfant et au restant de la famille au besoin.

Pour avoir accès à d’autres articles et publications quotidiennes en lien avec le développement global des enfants, je vous invite à suivre la page Facebook de Fleur bleue, Soutien comportemental à domicile.

Myriam Saumure

Présidente et fondatrice

Fleur bleue

Courriel : info@fleurbleue.ca

Tél : (514) 717-4051

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment