T.P.L

Maman ne sera pas toujours comme ça, promit

texte sur sevrageVikki Snyder

Mon cœur, maman à un problème de santé mentale.

Du haut de tes 4 ans, tu ne comprends pas tout à fait. Par contre, tu vis avec ce trouble bien malgré toi. Présentement, maman est dans une belle grosse tempête. Sa tête ne va pas bien. Elle se tient fort pour ne pas tomber du bateau. Et toi, sur ta rive, il fait beau, très beau même.

C’est difficile de voir ta maman comme ça hein ?

Je te le promets, cela ne durera pas toujours. Je suis en sevrage de médicaments. Ce qui veut dire que présentement, le corps de maman se bat très fort. Je suis en combat contre moi-même. Je sais que cette bataille, je la gagnerai. Mais, je sais aussi qu’elle fera un peu de dommage autour de moi.

Tu comprends lorsque je te parle de ta peur des monstres ?

Maman, elle a les monstres dans sa tête. Ses monstres lui disent des choses très méchantes. Ils lui font perdre confiance en elle, ils lui serrent la poitrine tellement fort qu’elle en a de la difficulté à respirer et ils la poussent à crier pour faire sortir ce tourbillon qu’elle dans le bedon. Malheureusement, des fois, tu es là.

Je te le promets, cela ne durera pas toujours, accroche-toi

Tu m’aides beaucoup plus que tu ne le crois. La vie a une couleur que je ne connaissais pas avant de te rencontrer. Tes chants, tes cris et ta bonne humeur mettent un baume sur le nuage gris qui passe quelquefois. La vie a un sens et c’est en te regardant grandir que l’avenir me fait moins peur. J’ai une raison de plus d’avancer. Et je le ferai main dans la main avec toi.

Maman a appris à s’aimer.

Maman ne s’est pas toujours aimée. Tu sais, ce n’est pas acquis pour tout le monde. Le monstre dans ma tête et mon éducation n’ont pas fait un très bon mélange. Par contre, c’est à moi et moi seule de changer le cours des choses. Ce n’est pas facile, mais j’y travaille extrêmement fort. La fierté que je vois dans tes yeux lorsque tu me regardes me remplit d’un sentiment jusqu’ici inconnu. Que je sois mince, ronde, blonde ou brune, tu me trouves belle. Même si parfois, je crie, tu m’aimes. Tu ne le sais pas encore, mais pour maman, c’est ce qu’il lui faut.

Je ne guérirai jamais, j’en suis consciente.

Je ne vise pas la guérison. En fait, je ne crois pas que cela soit possible. Par contre, je vais nous façonner une vie qui sera la nôtre. Je vais travailler fort pour que mes oreilles n’entendent plus les monstres. Pour que l’anxiété que je vis à l’intérieur soit apaisée d’une façon ou d’une autre. Pour que tu sois fière de la différence de ta maman. Pour qu’un jour, la tempête ne soit que de lointains souvenirs. Je le fais pour moi, mais surtout pour toi.

Le sevrage du médicament de maman achève.

Tiens bon mon lapin, le sevrage achève.

Le pire est derrière moi, derrière nous. La houle dans ma tête diminue de plus en plus. Le beau temps revient tranquillement dans mon cœur. Les couleurs d’hiver se transforment tranquillement en printemps. Je me sens déjà plus légère.

Une leçon que tu dois bien saisir : tout fini par passer. Tiens bon, crois en toi, fonce et la vie se chargera du reste. Lorsque tu as des doutes, sort le dragon que tu as dans ton bedon. Il te protégera des montres qu’ils soient dans ta tête ou non.

Je t’aime

Alexandra

Si tu veux lire un texte d’acceptation de soi c’est ici

 

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!

2 Comments

  • récit très poignant, nos enfants comprennent et vivent avec sans se poser des questions. Par contre faut être attentifs aussi, en tant que parents, que dans leur jolie tête blonde ( ou pas d’ailleurs) ça ne se bouscule pas trop et que les questions ne restent pas sans réponse. Gros bisous Super Maman courage pour le sevrage, gros Bisous petite fille, tu vera maman se bat pour elle, et pour toi ! oublie pas petite fille que les enfants sont souvent la force des parents quand il y a trop de tempête dedans ou dehors. MERCI

Leave a Comment