la fille et son bonheur

La peur au ventre, j’avance

IMG_5904-Modifierphoto: Marrie-Eve photographie

La peur au ventre, je regarde autour de moi

Avec cette peur au ventre, je me demande :

Combien de temps durera cette crise?

Est-ce que la vie reprendra vraiment son cours normal?

Est-ce que cette boule qui est omniprésente dans mon ventre finira par se dissoudre?

Depuis le début, j’ai les émotions en yo-yo. Je peux passer de relaxe à paniquée en 3 secondes top chrono.  Je sais que je ne vis pas de réel danger, car je suis les conseils à la lettre et qu’en effet, le virus ne peut pas venir cogner à ma porte. Mais si? Les scénarios dignes Hollywood pop dans mon cerveau et m’amène loin, trop loin. Ma fille a un problème cardiaque donc elle fait partie du groupe à haut risque. La peur n’est jamais bien loin lorsque mon chum part à l’épicerie. Avant, c’était l’fun aller la faire non? Ah le bon vieux temps!

La peur au ventre, je m’imagine

Si je perdais un membre de ma famille ou un ami parce que certaines personnes n’écoutent pas les consignes?

Si je ne les revoyais plus jamais?

Évidemment, je leur parle et je fais des séances de Facetime avec eux, mais mon besoin de proximité n’est pas comblé.

Je m’ennuie.

Je repense à tout ce que je devais accomplir pour la prochaine année et j’ai des vertiges. Toute ma vie professionnelle a été mise sur pause. Mes conférences, mon prochain roman, les salons du livre, mon entreprise. Il ne reste qu’un agenda plein de liquid paper! Je suis sur le bord du vide et je vacille…

La peur au ventre, j’avance

Mes habitudes ont été complètement chamboulées comme la plupart d’entre vous. Si je prends une pause, juste quelques minutes pour évaluer mon nouveau rythme de vie.

Comment est-ce que je me sens ?

Je vis au ralenti. Je n’ai plus de « réelle » obligation alors je fais ce qui me plaît. J’apprends à vivre autrement et surtout j’apprends à vivre en famille. Ce n’est pas tous les jours évidents, mais nous nous ajustons au rythme de chacun. La pression de performer est quasi inexistante. Je me rends compte qu’au fil du temps la peur est remplacée par la douceur, la lenteur. Ne plus savoir ce qui arrivera demain m’ancre dans l’ici et maintenant. Depuis le début du confinement, je prends davantage soin du moi intérieur. J’écoute mes envies. Je fais le tri dans les émotions qui ne m’apporte plus rien.

Présentement en écrivant, j’entends ma fille s’amuser dehors et je souris. J’ai la chance d’avoir cet être extraordinaire à la maison. Jamais sans cette crise, je n’aurais pu vivre d’aussi beau moment avec elle. Merci.

La peur au ventre, je change

Ce temps que la vie me donne a du bon. Elle me permet de repenser à ce que je désire vraiment faire, mais surtout à qui je souhaite être. La vie me donne une chance. Une chance d’écouter ma peur pour savoir ce qu’elle a vraiment à me raconter. Comment la faire disparaitre si je ne sais pas pourquoi elle y est? Je prends ce temps pour travailler sur moi. Ainsi autour de moi, tout changera.

Je ne sais pas quand cette crise se terminera, mais ce que je sais, c’est que moi, j’en ressortirai changée.

Courage xxx

 

 

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment