Anxiété

La critique, cette arme qui blesse.

photo-1483706600674-e0c87d3fe85b

La critique, cette arme qui blesse fort.

Après un an et demi, je t’annonce que je ne prends pas la critique. C’est ça ! Je suis la fille qui se sent blessée par celle-ci. Tu l’as fait avec toute la bonne intention du monde ? Ça reste que je n’arrive pas à la voir autrement qu’en attaque sur ma personne. Pourquoi ? L’anxiété mesdames et messieurs ! Cette maladie joueuse de tour.

Cette critique que je rêve de trouver constructive.

Je ne suis pas parfaite. En fait, qui l’est, hein ? Sauf que moi, différemment des autres, je me dois de l’être en tout temps. Dès que je commets une erreur, c’est la catastrophe. Jai honte, je me sens nulle (rien de moins) et je me remets entièrement en question. Je peux lâcher un projet à cause d’une peccadille si je sens que je ne serais pas en parfait contrôle. Comme c’est impossible d’être toujours en possession de mes moyens, bien j’avance pas. Je regarde mes rêves me passer devant les yeux en me laissant envahir par la peur de l’échec. Alors, la roue de la culpabilité et de la négativité embarque et je me déprécie encore plus. Joyeux pattern, non ?

L’anxiété de ta critique me fait douter constamment.

Si je ne suis pas parfaite, je ne suis rien. C’est gros, tu me diras ? En effet, c’est aussi épuisant. Crois-moi, je travaille fort pour ne pas être aussi extrémiste. L’anxiété me chuchote souvent à l’oreille :

Alex ! Les gens te regardent ! Tu te dois d’être sensationnelle. Imagine ce qu’ils diront de toi si tu te plantes ? Ils attendent peut-être juste ça ?

Alors la chienne me pogne, solide.

Toi la critique, je vais t’apprivoiser.

J’ai vraiment l’intention d’apprivoiser la critique. L’amélioration de ma personne est une priorité dans ma vie alors comment puis-je le faire si je n’accepte pas la critique constructive ? Je dois comprendre que je suis qui je suis, que je ne sais pas tout et qu’au final, c’est pas grave. J’aime apprendre alors pourquoi ne pas le voir de cette manière ?

Ma pensée d’être prise en défaut doit quitter mon cerveau.

Je suis pas mieux, pas moins que personne. Je suis moi, avec mes qualités et mes défauts. Une fois de plus, je dois me faire confiance et mettre mes œillères face à mon anxiété.

On avance ensemble ?

 

Humblement,

Alexandra

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment