Anxiété

Être dans le jus… Pu capable !

Untitled design (35)

La nouvelle expression à la mode est « être dans le jus ».

On l’utilise à toutes les sauces. Lorsqu’on veut éviter de voir quelqu’un, lorsqu’on se fait demander un service ou lorsque nous sommes occupés par-dessus la tête. Mais depuis quand être dans cet état d’esprit est valorisant ?

Je n’ai jamais entendu la génération des baby-boomers dirent une chose pareille.

Ils ont été absorbés comme tout le monde, mais ils n’ont jamais vu cela comme un mode de vie. (Je sais les conditions de vie n’était pas les mêmes, mais bref tu saisis…) Maintenant ce l’est. Et le taux d’anxiété, de burnouts et de dépression grimpe en flèche aussi par le fait même. De nos jours, si tu n’es pas débordé, tu es paresseux ou tu n’es pas travaillant. On va te dire : « tu fais seulement 40 h semaines toi ? Ouf, mais que fais-tu du reste de ton temps ? » Alors, imagine ce que les travailleurs à temps partiel ou les mamans à la maison ressentent comme jugements…

Vouloir prendre du temps pour soi ou s’occuper de sa famille est une abomination.

La vie est un tourbillon et nous essayons tous de garder la tête hors de l’eau pour ne pas nous noyer. Entre le travail, la famille, le couple, les amis et tout le reste, il ne nous reste pas beaucoup de temps non ? Pourquoi tout va si vite ? C’est vraiment ça la vie ? De mon côté, j’y réfléchis depuis un moment…

La roue de la culpabilisation

Étant mère, je culpabilise beaucoup lorsque je travaille trop. Je ne passe pas de temps avec ma fille, je suis moins patiente et j’ai juste hâte qu’elle se couche pour me reposer. Et pourtant ! Je l’aime tellement. Et lorsque que je travaille moins, la fameuse culpabilité vient me hanter, car en société j’ai moins de valeur, car je ne peux payer les derniers trucs à la mode à mon enfant, je ne peux aller dans un resort 5 étoiles et je ne mange pas de la bavette 5 fois semaine. Mais… j’ai le bonheur de voir ma fille heureuse, épanouie et je peux profiter de sa jeunesse. Tout un dilemme hein ?

Je me questionne sur le sens de ma vie

Si être dans le jus est si valorisant, qu’est-ce qu’on en retire vraiment ? Quel type de satisfaction cela nous donne ? Est-ce un « Front » pour ne pas montrer notre épuisement ? Pour bien paraitre aux yeux du patron ? Car on sait tous que plus tu fais d’heures sans les compter, plus tu es apprécié au travail right ? Mais franchement, réponds avec ton cœur… ça te donne quoi ? Je ne suis pas en train de te dire de ne pas travailler loin de là ! Mais la question qui se pose est : le fait-on pour les bonnes raisons ?

Je ne règlerais pas le sort du monde certain

 

Je souhaite sincèrement que les gens soient en paix avec leurs actions et leurs décisions. Que les actions posées soient faites pour en retirer une pleine satisfaction et non pour atteindre un palier social. Avoir un standing peut être très valorisant, mais crois-moi, c’est de courte durée. Quels souvenirs je veux laisser de moi ? De quoi je veux me rappeler le plus ? Mon boulot ? Ma famille ? Mon standing ? Sincèrement, je veux juste me rappeler que j’ai été extrêmement heureuse.

Et toi?

De rien!

Courage

Alexandra

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!

2 Comments

  • Tellement vrai. Étant dans le même questionnement et souffrant aussi d’anxiété depuis plusieurs mois suite à un burn out, j’ai décidé de ne plus travailler pour prendre soin de moi quelques temps. Alors non je ne mange pas de bavette 5 fois par semaine ( en même temps je suis végétarienne ? ) mais je profite pleinement de mon fils, moi qui ne le voyait que 2 à 3 heures par jour…
    Merci pour cet article
    Sylvie

Leave a Comment