T.P.L

Ma dépendance : Le cercle vicieux si dur à briser

hands-437968_1280

Hey oui, j’ai eu une dépendance. Normal de nos jours ? Oui et non, mais dans mon cas, cet esclavage m’a rendue vraiment malheureuse. La dépendance fut une échappatoire pour remplir mon vide intérieur. Et plus j’avançais plus ça devenais mon mode de vie, ma seconde nature. Il m’a fallu beaucoup de travail pour réussir à me sortir de ce cercle vicieux. Ce fut vraiment un enfer sur terre.

J’ai toujours, mais toujours recherché l’amour des hommes.

Je me sentais inutile, laide et sans qualité lorsque je n’avais pas d’amoureux. Je vivais la vie à travers mes amours. Ce qu’il aimait, je l’aimais. Ce qu’il faisait, je faisais en sorte de le faire avec eux. J’ai eu tellement de personnalités que je suis arrivée un jour à un point de ne plus savoir qui j’étais. Leur approbation était si importante à mes yeux ! Je me voyais sincèrement finir ma vie avec chacun d’eux. Je vivais TOUJOURS l’amour avec un grand a… ben pas vraiment, mais je me le faisais accroire, car ça faisait moins mal qu’être seule.

Mon Dieu que j’ai eu des grandes blessures dû à ma dépendance.

J’étais dépendante affective (tu avais saisi hein ?). Dès que l’homme n’était pas avec moi, je feelais croche et mon hamster coursait pour les Olympiques. Je me faisais plein de scénarios dignes d’un film hollywoodien. Va-t-il se rendre compte qu’il est mieux sans moi ? Est-ce qu’il est en train de réfléchir à une rupture ? A-t-il quelqu’un d’autre ? S’est-il fait kidnapper par les extraterrestres ? Tu vois le genre… Pendant que mon cerveau s’emballait à me faire sortir la fumée des oreilles, ma vie était sur pause. Je ne voyais plus personne, j’écoutais des émissions drôles et réconfortantes pour ne pas penser et je pleurais. J’étais qui moi sans eux ?

J’ai accepté des choses dans mes relations que je n’aurais jamais dues. On m’a manqué de respect (mais en même temps, je n’en avais même pas pour moi-même…) On m’a trompé (Sté quand tu as tellement peur que ça arrive… ben la vie fait en sorte qu’en effet ça t’arrive) et on m’a floué financièrement. J’étais prête à tout pour une once d’amour… Mais la vérité ? Tout ce temps-là, je me détruisais à petit feu, car je croyais dur comme fer que je le méritais.

Si mon père ne m’aime pas, pourquoi mes copains m’aimeraient ? Logique non ?

Des garçons vraiment géniaux ont aussi croisé ma route, mais avec cette maladie (oui, oui je considère la dépendance de cette manière) je n’aurais jamais été la femme faite pour eux. J’avais si peu confiance en moi que j’étais certaine qu’ils finiraient par se lasser de moi. Alors, pour ne plus vivre en attente de ce départ, car je les trouvais si parfaits, je les mettais au pied du mur et ils finissaient par me quitter. Ensuite, je souffrais en me disant que je ne les méritais pas et qu’ils avaient eu raison de partir.

Lorsque j’ai eu mon diagnostic de trouble de la personnalité limite, beaucoup de choses se sont éclaircies. Mes comportements commençaient à avoir du sens avec le discours du psychiatre. Mon manque d’amour, mon vide, mon sentiment d’abandon… C’était comme-ci je pouvais enfin faire le casse-tête de ma vie, car j’avais enfin les morceaux manquants. J’ai travaillé sans relâche sur mon amour-propre. J’ai appris à me bâtir une vie qui me ressemblait. J’ai déterré ma personnalité et j’ai commencé à l’aimer. J’étais enfin quelqu’un à part entière. Et le seul regard qui comptait c’était le mien. Le vrai grand amour, je l’ai rencontré en 2009. Et c’était moi.

Ce n’est pas tous les jours facile !

J’ai des rechutes. Je continue parfois à me taper sur la tête, à ne pas croire en moi surtout dans mes moments d’anxiété. Mais lorsque la tempête se termine et que la mer est redevenue calme, je recommence à m’apprécier. Et c’est grâce à mes efforts que j’ai pu enfin trouver l’amour de ma vie avec qui je me suis mariée en 2014. Maintenant, je n’ai plus peur d’être seule. C’est pourquoi je suis si bien dans ma relation amoureuse.

Tu es dépendant affectif et tu as besoin d’aide ? Dépendants affectifs anonymes du Québec

Courage,

Alexandra

 

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment