Anxiété

La crise de panique : ma peur d’avoir peur

Untitled design (10)

Je ne connaissais pas la vraie peur avant. Avant l’évènement qui changea ma vie. Dramatique, tu me diras ? Je te le jure, ma vie est complètement différente depuis. La crise de panique que j’ai vécue au mois de mars dernier a divisé mon existence en 2 parties bien distinctes. Le avant la crise et le après. Laisse-moi t’expliquer ça, tu comprendras mieux !

Au début du mois de mars dernier, j’ai fait une méga crise de panique qui me mena à l’hôpital.

C’est ben simple, je croyais sincèrement que la faucheuse était venue me chercher (voici le lien du texte complet qui traite de cette crise de panique.) La peur de ma vie. Je ne pensais qu’à ma fille et mon mari. «Madame (j’étais à la pharmacie avec la technicienne), je ne veux pas mourir ! Ma fille m’attend à la garderie !» J’avais les mêmes symptômes que ceux d’une crise cardiaque. «Je suis beaucoup trop jeune pour quitter ce monde ! Pourquoi moi ?» Bon, je sais, j’ai un côté anxieux alors c’est clair que je ne voyais que le pire. Mais c’était si réel !

Relaxe Alex, l’ambulance est en route…

Après une attente de 7 h, au charmant hôpital du suroît (tu avais compris que c’était du sarcasme hein ?), je suis de retour à la maison avec de l’ativan et le conseil d’aller voir mon doc de famille. En attendant, je suis laissée à moi-même avec une nouvelle bête noire dont je ne connais pas les traits de caractère. Est-ce normal d’avoir la peur au ventre au moindre mouvement ? Suis-je normal, si je me mets à capoter dans un line-up de boutique parce que je pense m’évanouir tellement j’ai chaud ? Rien de tout ça ne m’a été expliqué. C’était plus simple de passer le relais. «Votre docteur vous expliquera tout ça madame. En attendant reposez-vous.»

J’ai pu avoir un rendez-vous avec mon médecin de famille 2 semaines plus tard !

Chanceuse que je suis quand même ! Mais malgré ce court délai, j’ai eu le temps de développer ma peur d’avoir peur.Je ne voulais tellement pas revivre cet enfer que je me suis mise à avoir la crainte de mon ombre. Pas question de conduire sur l’autoroute tout d’un coup que je refais une crise au volant, pas question n’ont plus de manger dehors avec les abeilles, car cela active ma phobie de celles-ci, mais voyons, comment l’on avale déjà ? OMG, je vais m’étouffer… TOUT était assujetti à ma peur de refaire une crise d’angoisse.

Ma vie tournait autour de cette appréhension.

Ce que j’ai découvert pendant mes 2 semaines de liturgie, c’est que plus je suis fatiguée plus, je suis anxieuse. Plus je suis angoissée, plus la crise de panique monte… Donc, pour l’arrêter, je prends les pilules prescrites par le doc, logique. Mais l’ativan m’endort S-O-L-I-D-E-M-E-N-T… Alors, on repart au point 1 ! Tu commences à comprendre la roue qui se dessine à l’horizon ? Le jour de la marmotte ! Pour vrai, je comptais les jours avant mon rendez-vous.

Mon médecin de famille m’a prescrit des antidépresseurs.

Ce qui a grandement aidé à la diminution de mes symptômes de panique. Par contre, mon cerveau a toujours autant la chienne. À cause de cet épisode de frayeur, je surveille tout ce que je fais. J’ai repris la voiture pour aller sur l’autoroute, mais je ne conduis pas vraiment le soir. Je fais de petits pas, mais je garde tout le temps en tête que cela peut m’arriver encore. J’ai toujours une bouteille d’eau dans mon sac à main, car lorsque je sens l’attaque montée, je prends une gorgée. Je prends de grandes respirations et je m’assure maintenant (bien avec un enfant de 4 ans, je fais ce que je peux) d’avoir une bonne hygiène de sommeil. Mais le plus important, c’est que je commence à accepter que je ne serais plus jamais la même. Je suis de plus en plus indulgente avec moi-même. J’accepte et j’accueille ma nouvelle vulnérabilité. Mon corps me parle et j’apprends à mieux l’écouter. La vie sera différente, ouain pis !

La panique, ce n’est pas juste négatif finalement !

Courage

Alexandra

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!

10 Comments

  • A force de ne plus faire grâce aux anti-dépresseurs, tu reviendras comme avant mais ne fait jamais la gaffe de penser que tu est guérie et d’arrêter la médication… Moi j’ai dû essayer 5 sortes d’anti-dépresseur avant de trouver le bon et pendant ce temps j’en ai bavé pendant 7 ans. Enfin je souffle, il me reste un fond d’angoisse à l’occasion mais rien comparé le  »avant ».
    L’ativan ne sert à rien dans ces moments car il prend au moins 30 minutes avant d’agir et la crise sera terminée! Par contre il peut servir à atténuer les effets anxieux lorsqu’on débute un nouvel anti-dépresseur les premières semaines. Mais prendre avec modération car créer de la dépendance!
    Bonne chance à vous tous, j’ai retrouvé la paix après 7 ans d’enfer mais aujourd’hui je me sens tellement mieux.

    • idem pour moi.. 13 ans d’angoisses et de crises… j’ai essayé plusieurs sortes d’antidépresseur, tenter d’arrêter durant 2 ans.. la gaffe.. maintenant je crois avoir trouvé le bon.. pas eu de vraie crise depuis plus d’un an.. enfin!!!! c’est pas facile mais il faut persévérer, c’est un problème chimique du cerveau pour certains d’entre nous et à part la médication je pense que rien peut aider. j’ai fait des tonnes de thérapies, ça aide mais ne gère pas tout…. bonne chance à tous, quelle merde ces crises!

  • 10 années après « Ze crise » ma vie n’est plus pareille mais oh combien heureuse tout de même … on fait des crises, on capote pour rien … ouin pis, on mourra pas pis talleur ça va aller mieux .

  • Ben les attaques de paniques et moi. C est une longue histoire. De tte facon, ce que je dirai, y a le deroxat qui est efficace prescrit par un psy biensur. Fais du sport. Dors bien. Et pour te remonter le moral, je m en suis sortie en 6 mois. Je te souhaite un bon retablissement

  • Bonjour a vous atteinte de crises de paniques depuis 20 ans je deviens phobique si je ne prend pas mon antidep le deroxat bien-sûr qui me permet d avoir une vie normal pas le choix comme toutes j ai vu pas mal de pys et fait des thérapies j en conclu qu il faut mieux vivre avec un antidépresseur toute sa vie que souffrir . Bien cordialement cristina

Leave a Comment