Anxiété

Coup donc, qu’est-ce que j’ai fait ?

tout part de la base

Coup donc, qu’est-ce que j’ai fait ?

Je me demande toujours ce que j’ai fait. Toujours. L’anxiété est là, jamais bien loin pour me rappeler que peut-être que ou si j’avais fait ça, une amie me parlerait encore ou la famille ne serait pas fâchée. C’est É-P-U-I-S-A-N-T. La culpabilité est toujours là, proche, dans l’attente que je l’écoute. Mais ai-je réellement fait quelque chose ? Je me nomme la fille et je suis anxieuse, c’est ti clair?

Faut que tu comprennes ce que ça fait.

L’anxiété est là, constamment. Les minutes de répits se font rares. Alors lorsque toi, la personne importante de ma vie ou non (car je ne suis pas mal comme ça avec tout le monde) tu décides de ne plus me parler ou seulement de t’éloigner, sans véritable raison, sans explication, tu me fais souffrir. C’est raide, hein ? Ce l’est pour moi aussi, je te le jure. Les scénarios que je me fais sont dignes des meilleurs films hollywoodiens.

Je me répète notre dernière conversation sans arrêt et j’essaie de trouver ce que j’aurais pu te dire de mal.

Je traîne une boule dans mon ventre en permanence. L’incompréhension me tue à petit feu.

C’est un fait, je ne passe pas facilement à autre chose.

Si, je ne règle pas la situation malaisante, je peux difficilement passer à autre chose. Ça reste dans mes pensées. Et maintenant, grâce à Facebook, bien, je te vois passer dans mon fil. Pour moi, c’est un surplus de torture. Comprends-tu? Je me répète sans cesse :

Coup donc, qu’est-ce que j’ai fait ?

Elle a bien l’air d’avoir du fun sans moi ?

Je ne dois pas être une bonne personne pour qu’elle ait décidé de s’éloigner ?

Et je peux continuer comme ça longtemps, mais je vais t’éviter ça, c’est redondant.

Tu me diras : décroche ! Leurs actions leur appartiennent. Arrête !

Si c’était si facile que ça…

Mon hamster lui, ne comprend pas cette logique-là. Il court, il court jusqu’au temps qu’il s’épuise (pis, c’est long !). Et sans succès, j’y pense encore.

C’est certain que la vie continue.

J’empile ce genre de situations dans ma tête comme dans un scrapbook. By the way, ce n’est pas supposé être relaxe faire du scrapbooking ? De toute façon, je continue d’avancer avec ce trou de plus en plus grand.

Qu’est-ce que je fais pour remédier à la situation ?

Juste à penser, te rencontrer par hasard ou dans des événements me rend malade. Comment je vais-je agir ? Je fais semblant de rien et j’essaie de contrôler ma boule au ventre ? Je t’évite ? C’est trop d’énergie que je dépense inutilement à penser. Alors qu’est-ce que je fais pour remédier à la situation ?

Je m’excuse. Ben oui ! Et pourtant, je ne devrais pas.

Tu n’as même pas la décence de me dire ce qui ne tourne pas rond alors pourquoi je devrais m’excuser de quelque chose que je ne comprends pas. Mais je le fais quand même. Pour trouver une raison de revenir vers toi, pour faire taire la culpabilité ou pour alléger ma vie, mais je le fais. Bien, en fait, je le faisais…

J’ai décidé de me choisir.

Par contre, maintenant, j’essaie de calmer mon hamster avant de m’excuser. Je me prends en priorité. J’évalue mes besoins. Est-ce une relation qui en vaut la peine ? Est-ce que cette personne tient réellement à moi ? Est-ce que cette relation m’amène du positif dans ma vie ? Si je réponds oui, j’essaie de revenir vers cette personne que j’aime. Si non ? Je laisse tomber. J’ai décidé de me choisir. Je suis aimé par ceux qui sont présents dans ma vie alors l’important, c’est eux. La vie est beaucoup plus belle ainsi, tu ne crois pas ?

Courage

Alexandra

Tu aimes la fille? Voici ici ce qu’elle a encore a dire!

 

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment