collaborateurs

collaborateurs

Ma vérité sur l’anxiété

photo-1531260796528-ae45a644fb20

L'anxiété, quel manège ! Qu'il m'a été difficile d'écrire cet article ! Je pensais qu'il serait facile pour moi de parler d'anxiété, car je la vis au quotidien. Ça a pourtant été bien plus ardu que prévu : retour sur moi, grand déballage des émotions, peur d'en faire trop, ou pas assez, peur de manquer d'objectivité... Grande anxieuse, je me suis comme à mon habitude mise une pression monstre ! Le doute me ronge en permanence, j'ai constamment peur de ne pas être à la hauteur, et que mon travail ne soit pas assez bon. Comment parler correctement de l'anxiété...

collaborateurs

À toi ma maman, t’es belle!

photo-1556912150-4ad486d855d5

À toi ma maman, t’es belle! T’es belle maman, Je te vois depuis le début de ma vie. Je t’ai vu de toutes les manières mais pour moi tu es toujours belle. Je t’ai vu couettée, au tout début d’une aube difficile. Tu avais toute la patience du monde dans tes gestes, malgré le soleil encore ensommeillé à l’inverse de moi qui t’a raccourci tes nuits. T’es belle maman, Je t’ai vue fâchée, le regard de louve s’inquiétant pour son petit qui a pris le mauvais chemin. Je t’ai vu avec du feu dans ton œil, bienveillant malgré tout. Je t’ai...

collaborateurs

Qu’est-ce que tes proches pensent de la santé mentale ?

photo-1529180979161-06b8b6d6f2be

Qu’est-ce que tes proches pensent de la santé mentale ? La semaine de la santé mentale, ce n’est qu’une semaine La semaine de la santé mentale sera celle où on sensibilise les gens à la cause de la santé mentale. J’ai envie de vous dire que c’est tellement vrai que c’est important d’y être sensible. C’est important de ne pas juger, de faire preuve d’ouverture, de compassion, de patience. C’est important de garder en tête que ces gens n’ont pas de pouvoir sur leur maladie. Diriez-vous vous à votre enfant qui souffre d’une solide gastro d’arrêter de vomir ? C’est la même...

collaborateurs

Ah, si je pouvais tout te dire maman…

photo-1526957805074-b9caec265656

Ah, si je pouvais tout te dire maman… Je te raconterais mes joies, mes bonheurs, mes succès, mes grandes fiertés. Mes petites aussi. Et tu t’en souviendrais.  Tu te souviendrais de ce que je fais comme travail, de ce qui m’anime, de ce qui me fait vibrer. Tu saurais qui je suis vraiment. Si je pouvais tout de dire maman, Tu m’écouterais pour vrai, avec ton cœur, sans m’interrompre à la première occasion pour ramener la conversation vers toi. Vers tes drames, tes bobos, tes petites et tes grosses misères. Je te raconterais mes rêves, et mes dons maman. Je...

collaborateurs

Tu es mon anxiété, tu n’es pas moi. 

photo-1522108362351-8505156ba648

Tu es mon anxiété, tu n’es pas moi. Je suis l’anxiété, ton anxiété. Je t’habite du plus loin que tu te rappelles. Je me suis manifesté de façon très subtile au début. Petite, tu me confondais souvent avec des maux de ventre, de tête, de cœur. Je suis comme ça, je trace mon chemin jusqu’à ton cerveau en te faisant douter de toi, de tes capacités, de tes raisonnements. Le temps passe et tu t’adaptes à moi comme on s’adapte à un malheur, à un handicap, à une relation qu’on n’a pas souhaitée, mais qu’on doit supporter (comme une belle-mère...

collaborateurs

Le rejet, ça fait mal, longtemps !

56811494_425425911579135_6391203153705959424_n

Le rejet, ça fait mal ! Je sens LE REJET depuis tellement longtemps que ça me fait mal. J’ai souvent l’impression que cette sensation ne me quitte jamais. Penser qu’un jour ou l’autre les gens que je côtoie vont me dire : Tu m’énerves ! La conséquence ? Je vais me retrouver seule à nouveau. Le pire, c’est que je suis bien avec la solitude… un peu trop peut-être. J’écris ce texte ce matin et la blessure est au vif. Je l’ai pourtant bien cherché. Est-ce qu’on recherche le rejet ou est-ce qu’il nous rattrape ? Je ne sais pas trop. Quand il se...

collaborateurs

Tout est de ta faute.

photo-1533175069760-268143ce2e51

Tout est de ta faute. À cause de toi, je doute de moi. À cause de toi, je me sens moins forte. À cause de toi, j’ai peur d’aimer. À cause de toi, je ne sais plus être celle que j’étais, insouciante des dangers, libre comme l’aire. Maintenant, je reste assise dans le noir de ma chambre, à pleurer en silence. Mes larmes brulent mes joues. Et je me demande : Pourquoi. Pourquoi tu es arrivé maintenant? Pourquoi je ne suis plus comme avant? Pourquoi je perds les gens que j’aime? Pourquoi je suis moins forte? Pourquoi je crois moins en...