Anxiété

Cette année, en ce temps des fêtes, je penserai à moi.

noel

Cette année, en ce temps des fêtes, je penserai à toi et moi.

Je ne le cacherai pas, en ce temps des fêtes qui approche, je suis triste. Ce sera mon premier Noël sans mon héros. J’ai le cœur gros à cette pensée, mais je ne peux rien y faire. Par contre, cela m’a fait vraiment réfléchir sur le sens du temps des fêtes. Qu’est-ce que ça représente réellement pour moi ?

Aux fêtes, je fais de l’anxiété sociale.

Moi ? Faire de l’anxiété sociale ? Ben non ! Je fais des conférences, je suis toujours entourée de gens, je vais dans des 5 à 7 toute seule… Ça fait aucun sens, mais pourtant. J’en souffre.

Quelques semaines avant le temps des fêtes, mon cerveau commence à spinner pas a peu près.

 

  • Qu’est-ce que je vais mettre ?
  • J’ai pris du poids, qu’est-ce que les gens vont dire ?
  • Est-ce qu’on va s’intéresser à moi ?
  • Vont-ils aimer mes cadeaux ?
  • Est-ce que ma fille sera assez tranquille ?

Est-ce que je serais assez ou serais-je juste trop ?

Et ça peut continuer comme ça ben ben ben longtemps. Ensuite s’ensuit le cœur qui me débat, les larmes qui coulent et ma respiration devient rapide. Tout ça à cause de la peur ! La damnée peur du jugement.

Comment, j’ai passé au travers les fêtes jusqu’ici ?

J’ai bu. Souvent trop. Ça me relaxait, ça me décoinçait. Mais pourquoi me rendre là ? Pourquoi m’en faire ? Parce que je n’ai pas confiance en moi. Parce que les commentaires désobligeants m’atteignent. Parce que j’ai un grand besoin d’amour. L’ignorance des gens me tue à petit feu. Je ne me sens jamais à ma place.

Mais pour me sentir à ma place, il faut qu’on me laisse de l’espace. Il faut me donner l’occasion d’être moi.

Ce sont des réflexions importantes à se faire avant de se taper joyeusement sur la tête comme seuls les anxieux peuvent le faire.  N’est-ce pas?

temps, fêtes, anxiété, anxiété sociale

Est-ce égoïste de penser à soi durant le temps des fêtes ?

Le temps des fêtes est le temps parfait pour réfléchir à l’année qui vient de se terminer. C’est à mon sens le temps de ralentir, de prendre du temps pour soi. Je sais que je serai dans ma tête. Que le vide et l’absence se feront sentir en dedans. J’ai justement le goût de vivre ce tsunami d’émotions sans jugement. J’ai le goût de le vivre, point. Cela fait partie de mon deuil. Je ferais ce que j’aime le plus, passer du temps avec ma fille, mon mari et j’écrirai. Je verrais de la famille. Je veux de la douceur et du rire, de l’amour et de la bienveillance.

Je veux du vrai, du ressenti.

La paix intérieure c’est mon target pour 2019. Je souhaite que mes pensées et mes actions soient encore plus alignées avec qui je suis réellement. J’ai quelques changements à faire, mais j’ai appris que si je ne prends pas soin de moi, personne ne le fera. La personne que je désire vraiment être est tout près, il ne me reste qu’à agir. Mon héros qui me regarde d’en haut sera grandement fier de moi.

Feras-tu des changements en 2019?

 

 

 

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment