Anxiété

Bon qu’est-ce que t’as ENCORE ?

tout part de la base

Bon qu’est-ce que t’as ENCORE ?

Sérieux ? Qu’est-ce que j’ai ENCORE ? M’a te le dire une fois pour tout-E, je suis anxieuse ! Tu as compris ? A-N-X-I-E-U-S-E !

Ben là, qu’est-ce qui se passe en ce moment pour que tu sois anxieuse de même ? Pis en plus, t’as ben l’air bête ?

RIEN ! IL ne se passe rien pantoute. Surprenant non ! Je sais, je sais, tu t’attendais à une réponse du genre : je m’excuse, je suis encore anxieuse parce que j’ai pas changé l’eau de mes plantes ou parce que mon Netflix marche pu (ben quoi ! Chacun ses stress !) TSE des trucs importants !

Bon, tu me diras : La fille tu es ben sarcastique ! Oui ! Car je veux te prouver mon point.

La réalité c’est qu’au moment où tu me poses la question, tu as ben raison, j’ai rien n’a angoisser. Je suis juste pris en dedans pis j’étouffe. C’est tout ! Bon tu auras compris que j’étouffe pas vraiment… c’est une juste une métaphore… faut suivre !

Pis tant qu’à y être, on va régler encore une autre chose… Me dire que j’ai l’air bête… Franchement !

Penses-tu que ça va m’aider ? Penses-tu que je l’sais pas que je ne suis pas au top ! Je le sais très bien ! Mais sache que si j’ai choisi malgré tout de venir te voir, c’est que je t’aime. Alors, fais-moi confiance, ça passera. Laisse-moi juste arriver tranquillement sans me bombarder de reproches. SVP. C’est un minimum.

L’anxiété, c’est fort. C’est comme une tornade qui détruit tout sur son passage.

Pendant que Gertrude (c’est le nom de ma tornade, ne me juge pas) est en marche, c’est ben dur de penser à autre chose. Je dois juste la laisser passer. Ensuite, le soleil reviendra. C’est beau, hein ? Comprends-tu mieux de même ? Je t’aurais bien fait un dessin, mais bon je voudrais pas que Picasso soit jaloux.

Donc, de me dire qu’est-ce que t’as encore (et tu remarqueras, tu appuies souvent sur le encore) ne changera en rien la situation. Tu fais juste ajouter une couche de culpabilité par-dessus le tas de tracas que je me crée déjà moi-même dans ma tête.

La compassion, ça s’apprend comme j’apprends à vivre avec mon anxiété.

Merci Bonswoir !

PS: je serai immortalisée dans de belles BD. Tu pourras rire de moi et avec moi dès l’automne. Contribuez à cette campagne pour aider l’éditrice ! Juste ici! 

Tu as manqué ma première chronique sarcastique? Dépêche, va lire ça!

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment