Anxiété

À toi, le conjoint d’une anxieuse

photo-1461009209120-103a8f970745

À toi, le conjoint d’une anxieuse.

À toi, le conjoint d’une anxieuse, je te lève mon chapeau. Tu as choisi de passer ta vie avec une personne que tu ne comprends pas vraiment et c’est tout t’en ton honneur. Tous les jours, le défi de la santé mentale se pointe le bout du nez et tu improvises. Tu supportes, tu jongles et tu fais de ton mieux pour que la vie soit douce. Ce texte est une ode à ton appui inconditionnel.

Cher conjoint, tu es précieux.

Le sais-tu à quel point, tu es précieux ? Tu es essentiel en fait. Ta force, ta stabilité font de toi un pilier, un roc. La nuit, dans mes nombreux moments d’incertitudes, tu écoutes. Combien de fois, as-tu le goût de soupirer lorsque ma tempête mentale s’emballe ? Combien de fois, as-tu pensé faire tes valises, car la souffrance de la maladie était palpable ? Combien de fois, tu t’es oublié pour ne penser qu’à moi ? Trop de fois. L’anxiété fait de toi un prisonnier. Mais par amour, tu acceptes de continuer, car tu crois en moi, en nous.  Tu le sais que ce n’est que des passes.

Tu t’accroches et le soleil revient… toujours. 

Cher conjoint, tu comprends des choses incompréhensibles.

Tu lis, tu te renseignes, tu vas dans des groupes d’aides. Tu veux comprendre ce qui se passe de ma tête. Tu veux battre cette maladie. Tu souhaites retrouver l’amour de ta vie. Cette maladie est devenue ton projet.

C’est pas vrai qu’elle gagnera ! On est plus fort !

Ta persévérance est si belle. Si rassurante. Ça me donne des ailes. Je me sens enfin compris, enfin soutenue. Pour le moment, ça fait du bien. Les nuages noirs laissent place au ciel bleu. La respiration redevient normale, la boule au ventre diminue de plus en plus. C’est beau.

Cher conjoint, penses-tu à toi ?

Tu le sais, la maladie peut revenir à n’importe quel moment. Tu es toujours sur tes gardes. Par contre, je ne le sens pas. Ça ne doit pas être évident, de garder cette peur pour toi, hein ? Tu ne m’en parles pas pour ne pas m’ajouter du stress ou de la culpabilité. Mais as-tu au moins quelqu’un à qui en parler ? Penses-tu à toi, parfois ? As-tu des moments de tranquillité ?

J’essaie de t’en donner le plus que je peux, car je veux que tu restes solide, mais SVP continue de prendre soin de toi.

Je ne te remercierai jamais assez d’être dans ma vie. Tu es extraordinaire. La vie est belle à tes côtés. Je suis consciente de ce que la maladie te demande et je sais que ton amour est profond. Je serai toujours en gratitude que tu sois sur ma route. Ta main dans la mienne me donne la force nécessaire pour m’aimer comme je suis.

Quoi qu’il arrive, tu m’auras fait ce cadeau.

Courage,

 

Alexandra

Alexandra
Alexandra
Trouve le clown en toi et la vie te remerciera!
Leave a Comment